Coloscopie

Coloscopie
La coloscopie est une exploration visuelle du gros intestin (colon); elle permet ainsi de diagnostiquer et de traiter certaines lésions.

Voici quelques informations concernant la coloscopie et la réponse aux questions que vous vous posez généralement au sujet de cette technique d’investigation.

-Pourquoi choisir la coloscopie et que recherche-t-on avec cet examen?
-Comment se préparer pour cet examen?
-Comment va se dérouler la coloscopie?
-Quelles complications peuvent survenir lors de la coloscopie?
-Quelques renseignements complémentaires.

Pourquoi choisir la coloscopie et que recherche-t-on avec cet examen?

La coloscopie est actuellement l’examen de référence pour mettre en évidence des lésions du colon: cancer du colon, polype du colon (tumeur bénigne pouvant devenir cancéreuse), diverticules, maladies inflammatoires de l’intestin comme la maladie de Crohn, etc… Cet examen est donc demandé par votre médecin traitant lorsque vous présentez des plaintes qui peuvent provenir de ces lésions: pertes de sang par l’anus, selles noires, douleurs au ventre, diarrhée, amaigrissement inexpliqué etc… ou lorsque vous avez des anomalies à la prise de sang comme une anémie etc…

Lors de cet examen, un prélèvement (biopsie) peut être effectué et envoyé à un laboratoire pour analyse.

Coloscopie
Cet examen est également recommandé par bon nombre de sociétés américaines de gastro-entérologie pour le dépistage du cancer colique chez des patients ne présentant pas de plaintes. L’examen est alors proposé à 50, 60 et 70 ans. Lorsque le patient est un sujet à risque pour le cancer colique (c’est-à-dire ayant un parent du premier degré souffrant d’un cancer colique, ou lorsque le patient souffre d’une maladie inflammatoire de l’intestin comme la maladie de Crohn), cet examen est préconisé tous les 5 ans à partir de 50 ans.

L’alternative d’un dépistage de masse est la recherche de sang dans les selles par analyse chimique (Hémoccult). Ceci est moins sensible qu’un examen coloscopique ; cette méthode est proposée par la Communauté Wallonie-Bruxelles à partir de 50 ans , tous les deux ans. Ce dépistage n’est pas conseillé chez les patients dits « à risque ».

Comment se préparer pour cet examen?

Le colon (gros intestin) est la dernière partie du tube digestif qui mesure entre un mètre et un mètre et demi; en temps normal, il contient des selles, et pour bien l’examiner il faut évacuer les selles en buvant un liquide de lavage de l’intestin

Comment va se dérouler la coloscopie?

Cet examen se fait à l’aide d’un endoscope, qui est un tuyau flexible muni d’une caméra vidéo permettant d’examiner tout votre gros intestin.

Coloscopie2
Cet appareil est introduit par l’anus. La durée de cet examen est variable, de 5 à 30 minutes. Comme il y a des tournants dans le colon, l’examen peut parfois provoquer des coliques; c’est pourquoi il est réalisé avec une sédation, qui rend l’examen indolore.

Des complications peuvent-elles survenir lors de la coloscopie?

Tout acte médical, exploration, intervention sur le corps humain, même conduit dans des conditions de compétence et de sécurité conformes aux données actuelles de la science et de la réglementation en vigueur, recèle un risque de complication.

Les complications significatives de la coloscopie sont très rares, moins de 0,1%.

-la perforation de la paroi intestinale peut nécessiter une hospitalisation, voire une opération.
-l’hémorragie peut survenir lors d’une polypectomie, et peut nécessiter une hospitalisation voire une transfusion. Toutes les précautions sont bien-sûr prises pour q’une telle complication ne survienne pas.
-d’autres complications sont possibles mais restent exceptionnelles, telles que troubles cardio-vasculaires et respiratoires. Ces complications peuvent être favorisées par vos antécédents médico-chirurgicaux ou par la prise de certains médicaments. C’est pourquoi il vous est demandé de répondre précisément au questionnaire envoyé lorsqu’un rendez-vous est pris pour une coloscopie.
A noter que pour votre sécurité, les appareils endoscopiques sont désinfectés rigoureusement entre chaque examen selon une procédure validée par les autorités compétentes en matière de santé publique. Les pinces à biopsies sont systématiquement stérilisées.

PREPARATION DE LA COLOSCOPIE

Madame, Monsieur,

Vous subirez prochainement un examen appelé « coloscopie ».

Ces feuillets vous permettront de trouver la réponse aux questions que vous vous posez concernant cet examen:

-Pourquoi choisir la coloscopie et que recherche-t-on avec cet examen?
-Comment se préparer pour cet examen?
-Comment va se dérouler la coloscopie?
-Quelles complications peuvent survenir lors de la coloscopie?
-Quelques renseignements complémentaires.

Pourquoi choisir la coloscopie et que recherche-t-on avec cet examen?

La coloscopie est actuellement l’examen de référence
pour mettre en évidence des lésions du colon: cancer du colon, polype du colon (tumeur bénigne pouvant devenir cancéreuse), diverticules, maladies inflammatoires de l’intestin comme la maladie de Crohn, etc… Cet examen est donc demandé par votre médecin traitant lorsque vous présentez des plaintes qui peuvent provenir de ces lésions: pertes de sang par l’anus, selles noires, douleurs au ventre, diarrhée, amaigrissement inexpliqué etc… ou lorsque vous avez des anomalies à la prise de sang comme une anémie, etc…

Comment se préparer pour cet examen?

Le colon (gros intestin) est la dernière partie du tube digestif qui mesure entre un mètre et un mètre et demi; en temps normal, il contient des selles, et pour bien l’examiner il faut évacuer les selles en buvant un liquide de lavage de l’intestin. Ce produit s’appelle PICOPREP et est disponible en pharmacie; il se présente sous forme de sachets contenant une poudre à diluer dans l’eau.
Une boîte de PICOPREP contient deux sachets ; chaque sachet doit être délayé dans une tasse d’eau.

Procédure :

-durant les deux jours qui précèdent l’examen, évitez les fruits, les légumes, le pain complet, les viandes grasses, les sauces.
-L’avant-veille de l’examen, au coucher, prenez les deux comprimés de Dulcolax ou analogue, que vous pouvez vous procurer en pharmacie
-la veille de l’examen, buvez la première tasse de PICOPREP à 16 h. puis immédiatement après, buvez deux litres d’eau, ou de thé ou de jus de pomme, à raison de un grand verre tous les dix minutes.
Coloscopie3
La diarrhée va commencer.
Un bouillon clair ou un Oxo peut être pris en guise de souper.
-le jour de l’examen, vous restez à jeun; vous pouvez prendre vos médicaments habituels sauf pour le diabète et les fluidifiants du sang (voir ci-dessous). Vous buvez vers 8 h. la deuxième tasse de PICOPREP, suivie immédiatement par
2 litres d’eau ou de thé ou de jus de pomme, à raison d’un grand verre toutes
les dix minutes. Il est impératif que les selles soient remplacées par du liquide clair.
-l’examen du colon se fait dans l’après-midi :


Comment va se dérouler la coloscopie?

Cet examen se fait à l’aide d’un endoscope, qui est un tuyau flexible muni d’une caméra vidéo permettant d’examiner tout votre gros intestin. Cet appareil est introduit par l’anus. La durée de cet examen est variable, de 5 à 30 minutes. Comme il y a des tournants dans le colon, l’examen peut provoquer des coliques; c’est pourquoi il est réalisé sous neuroleptanalgésie.

La neuroleptanalgésie consiste à vous injecter par voie veineuse des produits pour vous assoupir. Contrairement à l’anesthésie générale, vous êtes à tout moment réveillable lors de la neuroleptanalgésie. On peut vous demander de vous mettre sur le côté ou sur le dos, etc… Souvent, toutefois, vous ne gardez pas de souvenir de l’examen, car les produits injectés ont un effet amnésique.

De manière exceptionnelle, une allergie ou une hypersensibilité aux produits injectés peuvent se produire; le médecin dispose du matériel pour y faire face. Ces effets secondaires sont imprévisibles.

ATTENTION!!! La neuroleptanalgésie impose de venir avec un chauffeur (c’est la loi!), qui devra attendre une à deux heures; il peut faire une course en ville, venir avec une bonne lecture ou son PC . Venez avec des vêtements amples et aisés à retirer ou à remettre.
Pas de panty, bas nylon, cravatte, bretelles, corset, gaine …
L’accompagnant n’assiste pas à l’examen coloscopique.

Pour les patients vivant seuls, exceptionnellement, il peut vous être demandé de passer la nuit accompagné.

Précautions avec certains médicaments :

Le GLUCOPHAGE ou un produit générique analogue (Metformine, Metformax) doit être arrêté 3 jours avant l’examen. Les autres antidiabétiques oraux ne sont pas pris le jour de l’examen. Pour l’insuline, veuillez vous référer à votre médecin traitant ; en principe, réduire les doses de moitié voire davantage, le jour de l’examen (suivant votre profil glycémique).

Les ANTI-COAGULANTS ( Sintrom, Marcoumar, Marevan) doivent être arrêtés. Il faut arrêter ce traitement 7 jours avant l’examen ; veuillez contacter votre médecin traitant : il vous prescrira des piqures d’Héparine en sous-cutanée, à dose thérapeutique. Après l’examen, votre gastroentérologue vous indiquera quand vous pourrez reprendre votre traitement.

Les ANTI-AGGREGANTS :

– l’Aspirine au dosage de 100 mg ou moins( Asaflow, Cardioaspirine) ne doit pas être arrêtée.
– Le Plavix (ou Clopidogrel) et le Ticlid : veuillez prendre contact avec votre médecin traitant ou votre cardiologue. En effet, le Plavix ne peut pas être arrêté si un stent vous a été placé dans l’année. Si ce traitement peut être arrêté, il doit l’être au moins 8 jours avant l’examen.
Suivant l’avis de votre médecin traitant ou de votre cardiologue, il sera remplacé par de l’Aspirine ou de l’Héparine sous cutanée (Clexane, Fraxiparine, ..)
Les ANTI-INFLAMMATOIRES (Brufen, Nurofen, Felden, Brexine, Cataflam, etc…) doivent être arrêtés, 48 H avant l’examen.

Les autres médicaments peuvent être poursuivis, même le jour de la préparation et de l’examen.

Au moindre doute, veuillez contacter votre médecin traitant
avec ce feuillet ou me contacter directement. (081/600 600 ou 0495/529 869)

Quelles complications peuvent survenir lors de la coloscopie?

Tout acte médical, exploration, intervention sur le corps humain, même conduit dans des conditions de compétence et de sécurité conformes aux données actuelles de la science et de la réglementation en vigueur, recèle un risque de complication.

Les complications de la coloscopie sont très rares, moins de 0,1 %:

-La perforation de la paroi intestinale, peut dans certains cas nécessiter une hospitalisation, voire une opération.

-L’hémorragie peut exceptionnellement nécessiter une hospitalisation voire une intervention chirurgicale ou une transfusion. Cette complication peut survenir lors de l’ablation d’un polype. Toutes les précautions sont bien sûr prises pour qu’une telle complication ne survienne pas. Si toutefois vous refusez qu’un polype soit ôté, veuillez en aviser le gastro-entérologue avant la réalisation de l’examen.

-D’autres complications sont possibles mais restent exceptionnelles, telles que les troubles cardio-vasculaires et respiratoires, les infections. Ces complications peuvent être favorisées par vos antécédents médico-chirurgicaux ou par la prise de certains médicaments. C’est pourquoi il vous est demandé de répondre précisément au questionnaire remis en annexe.

A noter que pour votre sécurité, les appareils endoscopiques sont désinfectés rigoureusement et rendus stériles entre chaque examen selon une procédure validée par les autorités compétentes en matière de santé publique.

Attention aux contraceptifs oraux, dont l’efficacité n’est pas assurée à 100% lors d’une préparation pour coloscopie, le jour de la procédure mais aussi les quelques jours qui suivent.

Toutes les complications apparaissent le plus souvent lors de l’endoscopie; mais, elles peuvent survenir également dans les jours qui suivent l’examen: douleurs, pertes de sang par l’anus, etc… Dans ce cas, veuillez en aviser votre médecin traitant , ou vous rendre à l’hôpital . De plus , si souffrez d’une insuffisance cardiaque grave, ou d’insuffisance rénale, nous devons vous voir au préalable en consultation. En outre, si vous souhaitez nous parler au préalable, nous sommes disposés à vous voir en consultation avant la date de l’examen.

081/600600 durant les heures de bureau.

-Veuillez vous munir de 3 vignettes de mutuelle et d’une somme de 120 €, même si le coût de la consultation est généralement moindre. Cette somme recouvre les frais de neuroleptanalgésie, de désinfection des endoscopes, et du petit matériel classiquement utilisé (stérilisation de pinces à biopsies, matériel de polypectomie, etc…). Il n’y a pas de bancontact.

– Si vous avez une ASSURANCE COMPLEMENTAIRE, veuillez m’en faire part lors de l’examen, en me remettant les documents qui doivent être complétés.

– Le jour de l’examen, le gastro-entérologue vous verra en consultation avant l’endoscopie, pour reprendre les principales informations reprises ci-dessus et pour répondre à toutes les questions que vous vous posez.

– Vous avez la possibilité de prendre rendez-vous en consultation au préalable, si vous ne souhaitez pas subir directement cet examen ou si votre médecin souhaite cette consultation.

– Vous trouverez ci-joint le questionnaire relatif à votre état de santé, que nous vous demandons de compléter et de signer avant de nous le remettre.

– Ne soyez pas effrayés par toutes ces recommandations et l’énumération des complications… Ceci est réalisé à des fins médico-légales, dans le cadre du consentement éclairé du patient.
Bien cordialement, et courage pour la préparation…

Pour les patients chez qui un examen coloscopique a déjà été réalisé antérieurement, il est instamment demandé de bien vérifier la date de contrôle coloscopique proposé, afin de ne pas réaliser trop tôt un contrôle coloscopique.